Accueil > FFII > Communiqués de presse > L’ISO capturée par le vendeur Microsoft
Imprimer en PDF

L’ISO capturée par le vendeur Microsoft

jeudi 3 avril 2008 par Alexandra Bond

COMMUNIQUE DE PRESSE — [ Monde / Economie / Standards ]

Les membres de l’ISO ont échoué à désapprouver le format OOXML. Microsoft a compromis l’organisme pour obtenir un coup de tampon pour sa proposition de norme OOXML.

Bruxelles, le 3 Avril 2008 — Les membres de l’ISO, Organisation internationale de normalisation, ont échoué à désapprouver le format Office Open XML. Microsoft a compromis l’organisme dans la précipitation pour obtenir un coup de tampon pour sa proposition de norme OOXML, utilisant des pratiques douteuses telles que des comités assiégés par ses partenaires dans nombreux pays et des interventions politiques de ministres dans le processus de normalisation.

Le vote par les délégations nationales de l’ISO indique une majorité en faveur du format controversé Office Open XML. La proposition de norme a reçu 75 % des votes des membres P du JTC1, parmi lesquels nombreuses nations à l’expertise douteuse en matière de normalisation.

En septembre, une première tentative pour approuver les 6000 pages de la spécification avait échoué avec plus de 2300 commentaires soumis. Comme ce fut le cas alors, de nombreux votes d’approbation ont cette fois-ci encore été gagnés en raison d’une grande intervention au niveau politique et la présence majoritaire des vendeurs dans les comités techniques nationaux.

De juin 2007 à mars 2008, les comités techniques à travers le monde ont étudié et analysé une des plus importantes propositions de norme jamais parues dans le secteur informatique, Microsoft Office Open XML.

Afin d’obtenir son format sécurisé via l’ISO, Microsoft a du faire pression sur les comités et les ministères, mobiliser ses partenaires commerciaux, et réécrire les règles de l’organisme.

L’engouement autour du format Open XML a commencé avec l’adoption du format OpenDocument en tant que norme internationale en matière de bureautique (ISO 26300:2006). Le standard ouvert OpenDocument Format (ODF) est en effet considéré comme un danger pour le monopole sur le marché de Microsoft et de son sa suite fétiche Microsoft office. Les gouvernements à travers le monde ont de fait opté pour l’utilisation par défaut d’ODF. ODF est un standard ISO ouvert, neutre quant au vendeur. La réaction de Microsoft pour défendre sa position de monopole a été de précipiter l’adoption de son format incompatible Open XML à travers l’ECMA comme second standard ISO. Bien que le format Open XML manque de maturité sur les bases formelles, Microsoft a réussi à détourner à son avantage le processus complet au niveau de l’ISO.

La revue technique de la spécification a été fortement obstruée par son géniteur et ses interférences politiques dans le processus ISO.

La présence des partenaires commerciaux de Microsoft a été rapportée dans les pays suivants : Belgique, Brésil, Colombie, Danemark, Egypte, Italie, Côte d’Ivoire, Kenya, Mexique, Nigeria, Portugal, Slovénie, Suède, Suisse et Etats-Unis. De surcroît, il a été souligné que dans de nombreux pays comme la France et la Malaisie, Microsoft avait fait pression sur les gouvernements et les ministères responsables pour passer outre les décisions des comités techniques, qui s’étaient exprimés contre l’adoption du format.

Jan Wildeboer, Solution Architect chez RedHat, explique : « La spécification OOXML a été créée pour les seules applications de Microsoft. Elle ne convient pas comme norme internationale, dans la mesure où elle ne peut être implémentée par personne sans l’accès aux informations internes. Bien qu’elle soit longue de plus de 6000 pages, elle contient des références variées à des choses seulement définies dans les logiciels Microsoft, et non dans la spécification elle-même ».

Rui Seabra, Vice-Président de l’ANSOL et membre du comité technique au Portugal ajoute : « Les honneurs vont tout droit à Redmond. Ils ont réussi à faire accepter un document incomplet et truffé d’erreurs comme norme internationale, qu’eux seuls peuvent implémenter. Il est désormais prouvé que la qualité de norme ISO peut être compromise ».

Pour Laurent Richard, de l’association belge Electronique Libre (AEL), « La guerre des formats commence seulement. La vraie guerre sera l’adoption d’OOXML par les gouvernements et citoyens, qui devront de nouveau acheter des copies de Microsoft Office pour savoir ce que font les décideurs politiques. Nous demanderons à la Commission européenne de garantir que les compétiteurs puissent avoir 100% d’interopérabilité avec la suite Microsoft Office, ce qui n’est pas possible avec le pseudo standard actuel. »

« Personne ne veut d’une norme que l’on peut acheter » commente Pieter Hintjens, secrétaire général d’Esoma (European Software Market Association). « Microsoft a acheté une norme à l’ECMA, et maintenant à l’ISO elle-même. Qui veut de cela ? »

Graham Taylor, Openforum Europe, perçoit les résultats comme une victoire de Pyrrhus : « Microsoft va faire l’expérience croissante et coûteuse d’une franche opposition à travers le monde vis-à-vis de son modèle d’affaire et de ses pratiques corrélées ».

Benjamin Henrion, leader de la campagne OOXML, est quant à lui furieux de ces tactiques qu’il a pu observer pendant de nombreux mois : « La prise de contrôle des comités est une pratique courante de la part de Microsoft. Microsoft a violé l’ISO avec son format bureautique, laissant l’organisation en lambeaux. La campagne contre l’adoption de la spécification a soulevé une armée de gens furieux de ces pratiques douteuses utilisées par Microsoft pour faire passer son format bogué via l’ISO. Cette colère ne s’arrêtera pas, et je souhaite bonne chance à Microsoft pour le faire adopter par les gouvernements. Sa réputation est descendue en dessous de zéro durant cette expérience. »

Information d’arrière-plan

D’autres irrégularités ont été collectées ici : http://www.noooxml.org/irregularities.

La pétition contre la normalisation de Microsoft Office Open XML a rassemblé plus de 87.000 signatures à travers le monde. La campagne OOXML, lancée par Benjamin Henrion en janvier 2007, a fait partie d’un projet global du groupe de travail Standards Ouverts de la FFII (Fondation pour une infrastructure informationnelle libre) et a été répercutée par des activistes dans plus de 80 pays. OOXML a été majoritairement soutenue par la FFII, la Fondation Shuttleworth, Open Society Institute, OpenForum Europe, FTISA, iMatix Corporation et Esoma.

Contacts

Alexandra Combes, Présidente FFII France, alexandra.combes ffii.fr

Benjamin Henrion, leader de la campagne OOXML, FFII Brussels ; +32-2-4148403 ; +32-484-566109 ; bhenrion ffii.org

A propos de la FFII France

La FFII France (www.ffii.fr) est le chapitre français de la Fondation pour une infrastructure informationnelle libre (FFII), association à but non lucratif dédiée à la promotion d’un marché libre de l’informatique et à la protection des auteurs et consommateurs dans l’univers numérique.

Active dans plus de trente pays et forte de 850 membres, 3500 sociétés et 100 000 supporters, la FFII se fait l’écho fidèle de leur voix pour agir sur les questions d’intérêt public concernant les droits exclusifs (propriété intellectuelle) dans le traitement de l’information.



Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 3684 / 19846

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site FFII  Suivre la vie du site Communiqués de presse   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License